Industrialiser : préparer son patron de couture

  • 5 minutes de lecture

Aujourd’hui on s’intéresse à l’industrialisation de nos patrons de couture. Et tu vas voir que ce terme ne concerne pas forcément l’industrie et que tu as déjà industrialisé une tonne de fois !

Industrialiser c’est quoi ?

Industrialiser un patron de couture c’est passé du patron au patronage. Et là je te sens perplexe car tu utilises sûrement ces deux termes sans en faire la différence, alors laisse-moi t’expliquer. On commence toujours par obtenir un patron !

Patron vs Patronage

C’est la forme qu’ont les différents éléments du produit. Ceux que tu obtiens par coupe à plat, ou par moulage sur mannequin. On a donc un contour de pièce et les emplacements de pince. Et ? C’est tout. S’il y a plus que cela, alors ce n’est pas un patron, mais un patronage.

Impossible de vous dire si on écrit patronage avec un ou deux “n”. Ce fut une discussion en salle des profs, où personne ne sut répondre à la question et même pas Google !

Comment faire pour industrialiser ?

Ce n’est pas compliqué, tu vas voir. Cette opération consiste à rajouter toutes les informations nécessaires à la coupe. Que ça soit directement sur le papier de ton patron, sur ta toile de mannequin, ou informatiquement.

Tu vas devoir préciser :

  • le nom du produit (ex : manteau)
  • le nom de l’élément (ex : dos)
  • la taille du patron
  • le nombre de fois à couper. Précise aussi dans quel tissu et si la coupe doit se faire au pli. Parfois il y a plusieurs lignes si on souhaite couper le même morceau en doublure ou en thermocollant.
  • le repère de nomenclature. C’est-à-dire la position de cet élément sur le total des pièces du produit.
  • tu peux aussi ajouter si c’est l’endroit ( -o- ), ou l’envers du patronage ( o-o ),
  • ne l’oublions pas, le DL ! Le droit fil doit être mentionné sur tous vos éléments.
  • on peut aussi rajouter un symbole pour signifier une coupe au pli,
  • les valeurs de couture (en les traçant). Attention à ajouter les bonnes valeurs en fonction des types de travaux que tu souhaites utilisés, mais aussi en fonction du tissu choisi.
  • tout ce qui est repère et cran. Tu peux replacer la pointe de pince, marquer les crans (plus il y en a mieux c’est !).
  • Il y a aussi la gradation du modèle en fonction du besoin.

Tu l’auras donc compris, industrialiser tu le fais tout le temps. Sans ça tu ne peux pas passer à l’étape de la coupe.

Industrialiser c’est important :

On ne va pas se mentir, comme toi j’ai souvent la flemme ! Et je me prive volontiers de toutes ces informations. Avec mon expérience j’ai appris à couper à distance pour ne pas avoir à tracer manuellement mes valeurs de couture, mais est-ce que c’est bien ? Non, clairement non ! Et tu sais pourquoi ? Parce qu’à force de stocker des patrons sans informations, je ne sais plus à quoi ils correspondent. Résultat des comptes, je ne peux plus les utiliser. J’ai perdu mon temps, et ce n’est pas quelque chose que je peux me permettre dans ma boîte. Classifier et archiver fait aussi parti de tout travail que l’on peut accomplir.

L’importance de l’industrialisation dans le patronage informatique

Lorsque l’on travaille sur un logiciel de modélisme, c’est souvent parce qu’on doit envoyer son fichier à un industriel, sur machine de coupe, ou tout simplement que l’on souhaite obtenir une gradation, un export de nos tracés pour vendre le patron, ou transformer le patron pour la projection. Toutes les informations d’industrialisation vont devoir être rentrées dans le logiciel afin d’indiquer à celui-ci ce qu’il doit considérer pour réaliser son plan de coupe automatique. Ainsi les morceaux respecteront le sens du DL (en fonction des caractéristiques du tissu que vous aurez rentré). Mais aussi le nombre d’élément à couper. Tu pourras vérifier que tous les éléments sont bien placés grâce au repère de nomenclature, et créer différents placements en fonction de la taille dont tu as besoin.

Tu l’as compris, même si tu ne travailles pas dans l’industrie, à partir du moment où tu couds tu industrialises constamment ! N’hésite pas à venir te référer à cette liste pour voir si tu industrialises correctement ton patron.

Et si tu veux découvrir comment on industrialise sur le logiciel de modélisme Valentina, je t’invite à rejoindre ma plateforme de formations aux Métiers de la Mode (Gang de Sew’Preneuses : ouverture en janvier).

Découvre mes formations sur le Gang de Sew’Preneuses

N’hésite pas à repartager mon contenu où à aller consulter mon tableau de bord Pinterest pour retrouver mes ressources : ici !

🤞 Envie de connaître les coulisses de mon entreprise et les actus du Gang de Sew'preneuses ?

Reçois 10€ de réduction sur ta première formation.

Reçois la Lettre des Sew'Preneuses tous les premiers dimanches du mois, et la Missive du Gang tous les dimanches en milieu de mois.

Je ne spamme pas ! La désinscription pourra se faire en un clic !

Laisser un commentaire