En 2018, je découvre la projection de patron à travers un court reportage de l’entreprise Ornitorink : Couture Connectée. Elle développe son concept dans les magasins Mondial Tissus. Je trouve l’idée génialissime! Et puis ni une ni deux je retourne à mes activités et oublie complètement ce truc complètement fou! Me voila repartie sur mes logiciels professionnels avec mon traceur. À l’époque j’ai la chance de ne pas avoir à coller de A4. En 2020, je prépare les bases de mon entreprise, et passe des heures à faire de la veille sur les réseaux sociaux pour essayer d’identifier certains besoins. Et là je tombe sur une BOMBE! Un groupe Facebook (malgré toute ma réticence pour ce réseau) du tonnerre appelé Projection et Patron (de couture).

Ma (re) découverte de la couture projetée

Moi, fraîchement rentrée chez moi, et privée des solutions professionnelles qui étaient jusqu’alors super pratiques, redécouvre un monde. J’ai déjà un vidéoprojecteur chez moi. Je tanne mon conjoint pour qu’il me le fixe au-dessus de la table de coupe. Les caractéristiques de mon matériel je m’en fiche un peu car je veux d’abord constater que ça marche ! Je découvre l’art du calibrage. L’opération qui consiste à régler son vidéoprojecteur mais aussi son logiciel pour que le patron s’affiche à l’échelle 1 sur ma table. Après quelques tests je balance un premier patron et oh miracle : ça marche !

Oui mais voilà entre le fait que ça marche et le fait que cela soit « pratique » à utiliser il existe un gouffre. Et je m’en suis vite aperçue, en testant les premiers patrons informatiques en ma possession. Vu que j’aime bien comprendre, je me suis penchée sur cette technologie et t’explique dans cet article ce qu’il faut en retenir.

La projection en couture c’est quoi exactement ?

Voila comment ça se passe concrètement. Le but premier étant de projeter un patron sur un tissu à l’échelle 1 pour pouvoir couper directement le tissu sans passer par le papier. Deux manières de couper s’opposent alors.

Vous pouvez continuer à couper aux ciseaux mais si et seulement si vous avez pour habitude de ne pas trop soulever votre tissu lors de la coupe (sinon vous allez décaler le patron, sans possibilité de vous repérer). Ou alors vous pouvez découper au cutter rotatif (ce qui n’est pas forcément adapté pour tous les tissus. Avec la vidéoprojection, il n’est pas possible de visualiser son placement de patron a même le tissu, car l’écran de diffusion obtenu ne dépasse pas le format A0 (trop étroit pour que tous les morceaux d’un vêtement adulte puisse rentrés). Il faut donc bien penser en amont à son placement pour être sûre de ne pas se retrouver à cours de tissus.

L’avantage de cette technique est quand même celle de pouvoir se passer de papier. Si vous ne bougez jamais votre vidéoprojecteur et votre table de coupe, nul besoin de recalibrer votre matériel. Vous n’avez qu’à l’allumer et directement couper (vérifier quand même avant). Vous avez aussi la possibilité de rajouter informatiquement des valeurs de couture, très rapidement. De même pour les petites modifications de patron. Plus besoin de papier, ni même d’imprimante. Le temps gagné à couper, coller, recouper votre patron n’est plus nécessaire. Pour moi qui n’aime pas cette étape, autant vous dire que le gain de temps me remotive à coudre.

Quel est le matériel nécessaire :

Pour appliquer cette technique il y a différent matériel a avoir. Tout d’abord un vidéoprojecteur. Il en existe de trois types :

  • les normaux (ceux que l’on voit un peu partout) et que l’on peut fixer au plafond
  • Les courtes focales, plus chères, mais que vous poserez à 1 mètre de distance de votre table pour obtenir une surface de coupe adéquate.
  • Et les ultras-courtes-focales. Ces vidéoprojecteurs que vous poserez à même la table. Ils ont l’avantage de ne pas faire de trou dans votre plafond (par contre il en fait dans votre portefeuille). Ils peuvent aussi se ranger très facilement mais cela implique un recalibrage systématique.

Pour avoir plus d’informations techniques a ce sujet, je t’invite a aller sur le groupe Facebook, il y a des explications très bien faîtes et nombreuses.

Il te faudra aussi un ordinateur, avec un cable HDMI, ou une connexion Wifi si ton vidéoprojecteur le permet. Un logiciel pour lire les PDF (Adobe Acrobat DC, Foxit Reader, etc…) ou tout simplement Illustrator, (tu peux retrouver un article sur les logiciels Adobe ici). En option et si tu coupes au cutter, un cutter rotatif (de bonne qualité, sinon oublie !), des poids (tout ce qui est lourd et peu encombrant peut faire l’affaire) et une planche de découpe autocicatrisante, A0 c’est le top !

Quelles sont les choses à optimiser pour obtenir un patron projetable ?

Comme je te l’ai dit plus haut, je me suis rendue compte par moi même mais aussi avec l’aide du groupe, qu’il y avait pas mal de problèmes à projeter un patron PDF non optimisé.

  • Le premier on ne voit pas forcément toujours très bien les traits.
  • Encore pire si le patron ne comporte pas de calque par taille et que l’on a pas pu isoler celle que l’on voulait.
  • Les morceaux sont aux plis et cela peut en gêner certains. Avec cette méthode il y a les partisans de la coupe à plat tissu dossé, mais aussi tissu dédossé. Le fait que les morceaux ne soient pas symétrisés peut en effet poser problème.
  • Les fichiers non optimisés en ma possession rendaient le placement très compliqué. On ne pouvait pas aisément déplacer le morceau comme on le souhaitait dans la fenêtre de l’écran.
  • Il n’y avait pas de grille de calibration pour vérifier que l’échelle 1 était correcte.
  • Les traits en pointillé n’ont plus lieu d’être, il brouille la lisibilité.
  • Les valeurs de couture n’étaient pas incluses, je devais donc prévoir un 1 cm (ou plus) de marge. Avec l’expérience industrielle j’ai le compas dans l’œil mais cela peut vite devenir galère! (Rajouter des calques les comprenant c’est rapide!)
  • L’absence bien trop souvent de crans qui ne permettent pas de se repérer lorsque les morceaux sont trop grands par rapport à la fenêtre de projection.
  • Des éléments avec un fond « sans couleur » qui n’est pas très lisible.

Avec cette liste, tu peux déjà réfléchir aux solutions que tu pourras apporter à tes patrons pour les rendre projetables. Ce qu’il faut retenir c’est que si ton patron est à la base bien fait alors cela ne te prendra pas beaucoup de temps. En revanche tu pourras toucher une clientèle plus large. Là où mon avis diverge beaucoup avec le groupe, c’est que je préfère protéger mes patrons et ceux de mes clientes (toujours avec leurs accords) car la projection ouvre la porte à toutes les modifications que l’on veut sur logiciel vectoriel entraînant des dérives.

Si tu n’arrives pas à faire toutes ces transformations, ou si tu n’as pas le temps : deux options s’offrent à toi. C’est un service que je propose donc tu peux me contacter pour une prestation de service. Sinon j’ai créé une mini-formation à ce sujet. Dans celle-ci tu retrouveras aussi un module concernant le paragraphe suivant!

Prendre la projection à l’envers : la digitalisation.

Et si au lieu de projeter un patron sur une table, on plaçait un patron papier sur cette table et on le retranscrivait sur notre écran grâce à la vidéoprojection? Alors oui, je te l’annonce, c’est possible! Je t’explique même pas ma tête quand au détours d’une lecture sur le groupe j’ai compris cela! Et en fait ce n’est pas très compliqué.

A quoi cela sert :

Si tu es comme moi quand tu crées un modèle, tu as du mal à te rendre compte des volumes. Alors peut-être que tu pratiques le moulage ou que tu fais des modifications à même ton patron papier. Mais comment les retranscrire facilement sur Illustrator? Grâce à la vidéoprojection. Il est possible de pointer les extrémités des éléments de ton patron pour les reproduire sur ton écran. Tu n’auras plus qu’à appliquer tes différentes modifications (gradation, valeur de couture, caractéristique du trait, calques, etc…). Je t’explique tout ça dans Mission Projection ma nouvelle mini-formation qui t’ouvrira un champ des possibles certains.

Projection et digitalisation de patron

Laisser un commentaire