Améliorer sa mise en page de patrons de couture

  • 7 minutes de lecture

Je mets en page des patrons de couture depuis environ 2 ans maintenant. Et il m’arrive souvent d’aller voir les patrons de certaines créatrices pour voir comment elles ont procédé. Je peux être agréablement surprise comme totalement déçu et cela même par de grande marque. Dans cet article, on voit 10 choses à améliorer.

Les 10 erreurs de mise en page de patron

  1. Ne toujours pas avoir adopté les calques (ça me met un peu en rogne, je l’avoue) ! Nous sommes en 2023, comment fais-tu pour ne pas remettre en question tes produits et leur donner enfin la qualité qu’il mérite ? Avoir des calques permet à ton client d’économiser de l’encre, et de lui apporter de la précision. En effet s’il peut choisir la taille qui l’imprime, il ne se retrouve plus confronté à l’amas de ligne des 12 tailles qui arrivent au niveau de l’emmanchure (pour exemple). Et même pour toi, cela te permet d’organiser ton travail par taille, couleurs, type de ligne…. Tu peux même rajouter des calques valeur de couture, que ton client pourra ou non afficher. Tu ne sais pas comment faire ? Cela tombe bien j’ai une formation pour cela : Pimp My Patterns.
  2. Trop d’explications, trop de fichiers, trop c’est trop… Certaines créatrices, pour répondre aux demandes des débutantes produisent des supports ultra-qualitatif et complet. C’est top. Sauf qu’aujourd’hui, à l’heure de la génération smartphone, et “je pose direct ma question à Google”, les gens ne lisent plus. Tu ne veux pas me croire ? J’ai été prof en lycée pro, je peux te dire que moins c’est mieux. D’autant plus que ces jeunes, sont tes clients de demain. L’information doit être accessible, rapidement, et efficacement. Le concis c’est bien, même pour expliquer aux débutants (on s’entend, il y a concis et concis).
  3. Les patrons A4 qui ne se raccordent pas après impression, c’est pénible !!!! Mais pour tout t’avouer, cela devient de moins en moins la faute des créatrices (il y en a encore quelques-unes qui utilisent des mises en page plutôt hasardeuses, mais pas beaucoup). Alors à qui la faute me demanderas-tu : à ton imprimante et ton papier. Je ne sais pas comment l’expliquer, mais c’est la seule explication que je vois. J’ai fait le test ! Imprimer un patron chez moi, et puis sur une autre imprimante… Un décalage pour l’une et pas pour l’autre…
  4. Le livret à l’envers 😆. Laisse-moi t’expliquer. J’ouvre un livret PDF, et là la première page est à côté de la dernière, la deuxième à côté de l’avant-dernière et ainsi de suite. Tu dois donc descendre le livret pour suivre les explications puis le remonter une fois arriver au milieu. Le livret a été fait comme cela pour composer un livret que l’on pourra agrafer et plier… Mais non, ce n’est pas possible. Il y a une méthode beaucoup plus simple pour cela et qui permet au client d’avoir les pages dans l’ordre (c’est quand même mieux). Si ton client souhaite l’avoir en livret tu n’auras qu’à lui proposer ce type de paramétrage sur ton imprimante. Mais s’il te plaît arrête de créer tes pages dans le désordre, tu te crées des nœuds au cerveau. Si tu veux apprendre à mettre en page tes livrets sur InDesign, ici aussi j’ai la formation qu’il te faut !
  5. Tu penses que tes clients ont tous un BAC + 10 couture créative ? Non, alors pourquoi fais-tu l’impasse sur les dessins, photos ou vidéos ? 2 seuls supports pour un patron qui exigerait d’en avoir au moins 20, ce n’est clairement pas assez. Cette fois-ci tu es trop concis, rapport au petit 2 !
  6. Tu laisses tous les plans de travail (feuille A4 inutiles) sur ton patron PDF. Stop arrête de faire ça. En deux clics tu peux les supprimer et cela aura beaucoup d’avantages. Déjà diminuer le poids de ton fichier qui va encombrer ta plateforme d’hébergement, mettre du temps à télécharger, etc… Mais aussi économiser du papier qui passera dans l’imprimante en imprimant un rectangle qui ne sert à rien en plein milieu. Alors tu peux certes expliquer à ton client de ne pas imprimer tel et tel page, mais ne pourrais-tu pas lui faciliter la vie en appuyant sur “Suppr” tout de suite ?
  7. Je t’épargne le nombre flippant de patron que j’ouvre sur Illustrator en deux clics. Je tairai ici la méthode ultra-facile pour y arriver, mais quand même. Une fois que j’ouvre ton patron sur Illustrator, je peux : faire sauter ton logo et ta charte graphique, bouger 3 lignes de patron de 2 mm et le revendre avec mes infos dessus. Tu pourras toujours m’attaquer, ça te coûtera très cher et vu que les patrons ne seront plus à 100 % identiques (mais seulement 99%), tu l’auras dans le baba. Ne mets pas ton travail à la poubelle. Protège-le ! On voit comment mettre en page ses patrons en respectant toutes les règles techniques, y compris leur protection dans Pimp My Patterns !
  8. Oublier le carré test. J’avoue je l’ai déjà oublié, mais j’ai vite rectifié. C’est un indispensable pour que ton client puisse s’assurer de l’échelle de ton patron. Pas d’impression si pas de carré test !
  9. Oublie la police “robot”. Si tu fais digitaliser tes patrons par une modéliste qui a des logiciels pros (je t’encourage à le faire, c’est très bien), elle te livrera le patron avec la police du logiciel en question. Logiciel utilisé pour l’industrie et dont on se fout de l’esthétique de la typographie. C’est dommage car tu as une belle charte graphique, alors n’oublie pas de l’utiliser pour avoir des informations écrites plus esthétiques.
  10. Tu vends tes patrons au format A0 ? Alors as-tu pensé à l’emplacement du “cartouche” ? C’est l’endroit où sont regroupées toutes tes infos de contact, de marque, et les infos de patron… Le mieux c’est qu’une fois plié, il soit sur le dessus. Le client saura alors exactement ce qu’il prend dans sa patronthèque. Il arrive parfois que tu mettes cela là où il reste de la place sur ta planche à patron, ce n’est pas une erreur. TU vas à l’économie, c’est aussi un choix possible.

N’hésite pas à m’écrire si tu te poses des questions sur la mise en page des patrons de couture. C’est ma spécialité ! De nombreuses créatrices m’ont fait confiance pour réaliser leur planche à patrons ainsi que des maisons d’édition. Si tu veux creuser le sujet toute seule tu peux te pencher sur mes formations.


Pour mettre en page mes patrons et livrets, j’utilise la suite Adobe. Ce lien est affilié, si tu décides de souscrire aux logiciels via celui-ci tu ne paieras pas plus chère mais moi je toucherais une commission. Une manière de récompenser mon travail 😊

Améliore la mise en page de tes patrons de couture

🤞 Envie de connaître les coulisses de mon entreprise et les actus du Gang de Sew'preneuses ?

Reçois 10€ de réduction sur ta première formation.

Reçois la Lettre des Sew'Preneuses tous les premiers dimanches du mois, et la Missive du Gang tous les dimanches en milieu de mois.

Je ne spamme pas ! La désinscription pourra se faire en un clic !

Laisser un commentaire